Plaisirs et Découvertes

Dans cette rubrique, j’inscrirai, mes coups de coeur, livres ou cinéma ou théâtre ou…ou…
Et voilà qu’un jour, mon petit fils m’offrit …une BD. Vous n’aimez pas les BD!  C’est le 9ème art?  l’avantage d’être grand mère c’est qu’on découvre des nouveautés. Alors fièrement je partage avec vous un petit plaisir bien simple.

okmonster

A priori, juste les aventures violentes d’un être monstrueux ignoré de tous et accablé par tous…Tous? Non! un jeune garçon lui dit : » je suis ton ami, tu ne dois pas être violent ».   Le monstre apprend à devenir humain,il commence par aimer le garçon et après pas mal d’aventures terribles, il finit par aimer la vie à sa mesure, qui s’offre à lui et où il trouve sa place. Double niveau de lecture > Pour les enfants, un méchant peut devenir gentil, si on l’aime et qu’on lui apprenne à aimer et se faire confiance .

Pour les adultes >> reconnaître et accepter la différence, le handicap et offrir leurs chances aux personnes en situation de handicap. La violence entraîne la violence, la confiance et l’amour gagnent toujours et participent à découvrir le meilleur de soi et de l’autre. Essayez donc …vous m’en direz des nouvelles!!!!

*****     *****     *****
***   ***   ***

Avez-vous remarqué comme parfois les découvertes se font autour d’un auteur et dans ce cas d’une auteure ( je n’aime pas le mot « autrice », trop revendicatif; et moins encore écrivaine- pour la vanité soulignée de l’acte, laissons écrivain au masculin, et ajoutons la voyelle « e » marque du féminin signe sympa de reconnaissance dans la différence.)
Un petit dérivatif « hors sujet » ! Pas tant que ça! )
Cette belle découverte porte sur une poétesse et romancière raffinée, ensoleillée par un rayon de douceur, de sensibilité tirés d’une expérience de vie difficile (mais qui dirait que vivre est facile!)

 
Deux livres donc, de Edith Piotrowski, m’ont particulièrement émue :

couverture interdit
Le Prix de l’Interdit : Un premier roman relate un événement douloureux à tous points de vue, humain et social : un avortement quand on n’a pas 20 ans, qu’on est seule, sans ressource, en terre inconnue et surtout surtout quand la loi l’interdit. Briser les tabous, se respecter soi-même et tant bien que mal imposer le respect aux autres accablants une jeunesse active, innocemment et insolemment heureuse de vivre. Dur, lorsqu’onest confrontée à la malveillance d’un médecin uniquement motivé par l’argent, hautement méprisant, (im-)moralisateur, et, de surcroît incompétent. Une épopée semi-autobiographique où la souffrance, la volonté de vivre, le courage finissent par ouvrir les portes de solidarités et générosités instantanées et salvatrices….Bien écrit, facile à lire si on tient le coup car le parcours d’un temps semé d’embûches qui a mené les femmes à la liberté de leur corps et de leur vie fut long, et troublé par les jugements sans concession  de société dominatrice.

***   ***   ***    ***
       **   **   **

Heureusement la vie est pleine de ressources et s’offre dans les splendeurs naturelle set la beauté des cheminements intérieurs que la poésie de recueil traduit si bien :

cou. Vagabondage 009

Vagabondage, (ed. Hesama 2017) … pour moi, des Promenades à côté d’une femme aux talents multiples, si proche de la vie, si proche de chacun, enfant, jeune, adulte ou moins jeune.. Un parcours en mots, poésie ou conte, en illustrations, au trait aussi sûr que le mot, clin d’oeil plein d’humour, de finesse et de présence au monde.

Juste  quelques séquences en désordre, pour vous allécher 
pp30-31 L’arbre :  L’arbre semblait heureux ce matin de printemps,
                 Habillé de verdure, il riait doucement
                 Certain que très bientôt, les oiseaux de passage
                Viendraient se poser là, au creux de ses branchages
ou encore…

p.p. 70-71 Nogent sur Seine : Il est en bord de Seine, une ville coquette
Qui respire en ses lieux le brillant souvenir
De ces temps d’autrefois, où  l’homme à la conquête
De la création, dessinait l’avenir.

allez vite sur la page FB de l’auteur, et procurez vous ce livre où le rêve tourbillonne et vous entraîne dans de constants enchantements.

*****   *****   ***** 
***  *** *** 

Florian, Fables pirateLe chat et la lunette

Un chat sauvage et grand chasseur
S’établit pour faire bombance,
Dans le parc d’un seigneur
Où lapins et perdrix étaient en abondance.
Là ce nouveau Nemrod, la nuit comme le jour,
A la course, à l’affût également à pied,
Poursuivait, attendait, immolait tour à tour
Et quatrupède et volatile.
Les gardes épiaient l’insolent draconnier ;
Mais, dans le fort du bois caché près d’un terrier,
Le drôle trompait leur adresse […]
Lorsqu’un jour il rencontre un petit tuyau noir,
Garni par ses deux bouts de deux glaces bien nettes :
C’était une de ces lunettes
Faites pour l’opéra […]
Le chat d’abord la considère […] Court après, s’en saisi, l’agite, la remue.
Étonné que rien n’en sortit,
Il s’avise à la fin d’appliquer à sa vue
Le verre d’un des bouts : c’était le plus petit.
Alors il aperçoit sous la verte coudrette
Un lapin que ses yeux tout seuls ne voyaient pas.
« Ah ! Quel trésor ! » dit-il en serrant la lunette,
Et courant au lapin qu’il croit à quatre pas.
Mais il entend du bruit ; il reprend sa machine,
S’en sert par l’autre bout, et voit dans le lointain
Le garde qui vers lui chemine. Pressé par la peur[…]
Il […]Hésite, réfléchit, puis de nouveau regarde ;
Mais toujours le gros bout lui montre loin le garde,
Et le petit tout près lui fait voir le lapin. […]

Chacun de nous a sa lunette
Qu’il retourne suivant l’objet
On voit là-bas ce qui déplaît,
On voit ici ce qu’on souhaite.

arc-en-ciel-montant-coupeMoi je réponds que « On ne voit bien qu’avec les yeux du coeur » St Ex… Certes, voilà qui fait rêver et on voudrait tant..
Les yeux sont les fenêtres de l’âme ouverte sur le monde
Le coeur est la fenêtre de l’amour  et de l’intime
Avec un peu de chance, il peut même être celui du don
Mais lorsque intervient la supposée raison
Plus rien ne fait sens que son propre intérêt.
Dommage, Monsieur Chat!

 

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Plaisirs et Découvertes »

  1. Comme cette fable est bien tournée !! Et comme elle amène à cette évidence : « Chacun de nous a sa lunette
    Qu’il retourne suivant l’objet
    On voit là-bas ce qui déplaît,
    On voit ici ce qu’on souhaite. »
    Bravo j’aime !!

    J'aime

  2. Le chat « PIRATE » gros chat de gouttière a apporté sa modeste contribution pour cette jolie fable. « je pose sur la photo, voyez je ne fais pas misère. Mon cher maitre est responsable de mon embonpoint mais que voulez vous il m’aime trop ».
    Amicalement, Jean-Yves.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s