Huma- fémi-niste?
-C’est quoi cette « nov-langue » dit H.G. Wells
-Words, words,words, » répond Hamlet
Ces technocrates et leur bla-bla
Ces philosophes et leur existentiel
Ces littéraires et leur confidentiel
Moi jepense…

… »Qui mieux que la poétesse pour évoquer « …

LA FEMME

Femme, tu es l’amour
Dans l’attente patiente
D’un mari, d’un amant,
Celui que tu aimes en comptant chaque jour

Femme, tu es l’amour
A ce moment unique où tu donnes la vie
Offrant, à peine éclose une fleur au jardin.

Femme je te salue,
Pour toutes les blessures que tu soignes en silence
Et pour tous ces moments où tu es la présence.

cou. Vagabondage 003
in VAGABONDAGE : Edith Piotrowski ( 2017)
allez donc faire un tour sur sa page FB

Bon encore une Féministe…Mais non Huma-Fémi- niste.  Quoi donc???

***      ****     ****
******
Huma- Fémi- nisme? Fémi-Huma- nisme? Expliquons- nous

Difficile de choisir car l’une est l’autre, l’autre est l’un: née- é de deux, unie- i dans un seul amour, arrivée-é dans l’espoir, luttant dans le jour, se réconfortant de nuités de silence. Pour recommencer dans l’amour à offrir la vie née de deux, unie dans le jour, créant l’espoir de demain, oubliant  et partageant les joies de l’autre-l’une- l’un, portant les peines de l’autre-l’une- l’un.
On ne peut être pour la défense des droits des unes- uns contre les autres,  lutter contre les abus des pouvoirs des uns-unes contre les autres. Nous sommes tous unies-unis dans la joie et la souffrance qui déroulent leurs tapis de roses et d’épines, le long du chemin de chaque personne, chaque être, chaque terre, infime grain de sable, fuyante poussière, verdoyance d’or dégringolant des collines, tranchant argenté des lames soulevant l’océan. Chaque vie porte en soi bonheur immédiat et éphémère, peine éphémère et bonheur durable.

Alors en choisissant l’égalité de valeur de chaque vie, chaque corps, chaque esprit, chaque âme, chaque être,  de l’une à l’un à l’autre à tous,  c’est du mystère de l’inconnu en chacune en chacun, en l’autre, c’est du respect de la vie dans son unicité, sa versatilité, sa constante impermanence, sa fluctuante réalité que nous tissons fil à fil la réalisation.

Ni arme, ni armée; ni mal, ni bien, ni vérité ni erreur, ni vrai ni faux, simplement l’unique beauté dans le regard et l’écoute, l’action généreuse, l’empathie tolérante de l’une à l’autre, de l’autre à l’un, de toutes et tous envers toutes et tous, qui développent la confiance pour traverser l’épreuve existentielle, souvent inquiétante voire  douloureuse.

Le monde se réinvente chaque jour, chacune-chacun en est l’artisane-l’artisan maladroite, aveugle, sourd mais confiante-t en l’autre qui soulèvera les voiles de l’obscur et portera la lueur du rayon de lune et du soleil vacillant sur l’écume des nos attentes.
Alors? Huma- Fémi- nisme? Fémi-Huma- nisme? Difficile de choisir car née-né de deux nous  sommes complètes-ts en  l’UneUN

Les liens ci-dessous peuvent vous aider à avancer sur le chemin du respect et de la reconnaissance de l’autre telle-tel qu’en soi-même; les articles ou les manifestations sont signalé-es pour vous aider à Sourire…Car le miracle c’est précisément que nulle-nul n’est jamais seule-seul dans les avancées qu’elle-il espère de l’univers et chacune-cun y participe à sa façon. Le succès naît de l’échec, l’échec du succès, les grands succès surgissent de ces minuscules épines sur les chemins de roses.
Il existe de très nombreuses associations oeuvrant au respect de l »équilibre et de l’égalité sociales et humaines, portant les mêmes valeurs. Vous pouvez nous aider à les faire connaitre, et apporter et compléter notre réflexion,  par vos avis et vos contributions.

 

***    ****    ***
************

La liberté d’expression au coeur des enjeux de société

             


regard-de-femmes

Le système prostitueur : enjeu social et politique
Gérard Biard

rédacteur en chef de Charlie Hebdo et porte-parole de Zéromacho
Café Regards de Femmes
Lyon, 17 novembre 2016

« Bonsoir à toutes et tous. Je voudrais d’abord remercier mon amie Michèle Vianès pour m’avoir une fois encore invité à Lyon dans le cadre des activités de regard de femmes. J’avais participé, il y a quatre ans, au colloque sur le système prostitueur organisé par Regards de femmes, dans le cadre de la quinzaine de l’Égalité femmes-hommes de la Région Rhône-Alpes. Je n’ai pas changé d’avis sur la question, mais comme, depuis, de l’eau est passée sous les ponts, je vais essayer de ne pas trop me répéter.

Pour commencer, remontons quelques mois en arrière. Nous sommes le 6 avril dernier, jour du vote définitif de la loi de lutte contre le système prostitutionnel. Sur BFM-TV, l’ex-hardeuse Brigitte Lahaie, lance, le plus sérieusement du monde, un avertissement solennel. Pour être précis, elle annonce une apocalypse sociétale : cette loi, qui, selon elle, transforme en parias les clients d’Irma la douce et pénalise injustement le brave gars qui ne fait que répondre à des pulsions les plus naturelles du monde, va pousser les hommes mariés à prendre des maîtresses, entraînant ainsi une incontrôlable vague de divorces et déchirant des couples jusqu’ici sans histoires. Certes, BFM-TV n’est pas ce qui se fait de plus sérieux dans le monde des médias audiovisuels, mais ça laisse rêveur… »

Pour lire la suite, rendez-vous sur ce lien :

http://www.regardsdefemmes.fr/Documents/2016/Intervention-Gerard-Biard-Le-systeme-prostitueur-enjeu-social-et-politique.pdf
http://www.regardsdefemmes.fr/


hce

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 22 NOVEMBRE 2016

Violences faites aux femmes :
le HCE dresse un bilan encourageant de la mise en œuvre du 4ème plan interministériel

« Grâce à la première évaluation de ce type, le Haut Conseil à l’Egalité est en mesure d’indiquer que le 4ème plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes est globalement satisfaisant et a permis une mobilisation soutenue des pouvoirs publics et de l’ensemble de la société.

Sur les 28 objectifs fixés pour 2014-2016, 12 ont été complètement atteints, 14 sont en cours de mise en œuvre, 2 n’ont pas été réalisés ou sont reportés.

Depuis 2014, le HCE note d’importantes avancées autour des 3 priorités fixées par le 4ème plan :

  • « Aucune violence déclarée ne doit rester sans réponse » : si le chemin à parcourir est encore long pour atteindre cet objectif, l’évaluation du HCE salue le développement des accueils de jour de proximité pour recevoir et orienter les femmes (42 sites dans 33 départements en 2012, 121 sites dans 100 départements en 2016) et la mise en place d’un plan de formation ambitieux des professionnel.le.s (créations de « kits de formation » et plus de 300 000 personnes formées depuis 2013, notamment par la MIPROF) pour mieux repérer les violences et accompagner les victimes.
  • « Protéger les victimes » : en 2015, près de 3000 ordonnances de protectionont été délivrées (+ 43% par rapport à 2011) dans un délai moyen de 1,3 mois, afin de garantir une meilleure protection des victimes. Le téléphone d’alerte pour les femmes en très grand danger (TGD), généralisé par la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, est désormais disponible dans 120 des 157 tribunaux de grande instance (TGI) en métropole.
  • « Mobiliser l’ensemble de la société » : certainement l’axe le plus abouti, avec notamment 3 campagnes nationales destinées au grand public (relatives au numéro 3919 et au harcèlement sexiste dans les transports) et une plateforme téléphonique anonyme et gratuite – 3919 – a été déployée pour répondre aux femmes victimes de tous types de violences sexistes, 7 jours sur 7 et sur des plages horaires élargies : en 2015, 65 803  appels contre 47 830 en 2013.

La France a par ailleurs rapidement ratifié, le 4 juillet 2014, la Convention dite « d’Istanbul » du Conseil de l’Europe, texte international le plus progressiste en matière de lutte contre les violences masculines. Cela engage désormais la France et lui fixe des objectifs ambitieux, dont la mise en œuvre sera évaluée dès 2017.

Dans le 5ème plan : passer à la vitesse supérieure pour répondre aux besoins
A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre, le Gouvernement présentera le 5ème plan 2017-2019. Du fait des besoins non satisfaits et prenant en compte les engagements internationaux de la France, le HCE appelle les pouvoirs publics à consolider l’existant et à passer à la vitesse supérieure.

Le HCE adresse 25 recommandations articulées autour de 6 axes, notamment :

Traduire la priorité politique de lutte contre les violences masculines par des moyens financiers à la hauteur des besoins -> le HCE recommande la création d’un fonds interministériel « violences faites aux femmes » doté de 100 millions d’euros sur trois ans (recommandation n°1) ;

Garantir l’accès des victimes à l’information et au droit, et une meilleure effectivité de la justice -> le HCE recommande le recensement, dans un document unique, de l’ensemble des mesures juridiques existantes en matière de violences faites aux femmes (recommandation n°8) ; l’organisation de testings auprès des commissariats et gendarmeries pour évaluer l’accueil réservé aux femmes victimes quand elles en franchissent la porte (recommandation n°13) et la généralisation de chambres de contentieux spécialisées dans les violences sexuelles, conjugales et intrafamiliales à tous les tribunaux de grande instance, comme cela est déjà le cas …

***     ***** *****

5050

NEWSLETTER N°202 – 2 décembre 2016

 www.50-50magazine.fr

volences-rural« Entre 2010 et 2014, l’enquête sur les homicides au sein du couple du Ministère de l’Intérieur avait démontré qu’entre 44,6 et 55,5 % des féminicides ont eu lieu en milieu rural. En France, la population rurale représente 31 % de la population. Cette population est dispersée et vieillissante : 25% de personnes ont plus de 60 ans, 25% moins de 25 ans et une moitié de 26 à 59 ans. Avant cette étude réalisée par des associations de Solidarité Femmes, il n’existait pas d’enquête spécifique sur les femmes vivant en milieu rural victimes de violences conjugales.

L’idée de cette étude inédite vient de Paroles de Femmes de la ville de Gaillac, association spécialisée dans l’accueil de jour des femmes victimes de violences et comme l’explique Elisabeth Fournier sa Présidente « ce travail nous tenait à cœur.» Cette association du Tarn a rassemblé 11 associations membres de Solidarité Femmes, 3 en Pays de Loire et 8 en Midi- Pyrénées. Elles ont alors réalisé une étude à partir de la situation de 730 femmes en 2011/2012 et 1134 femmes en 2014, dans les deux régions. L’objectif était de sensibiliser le grand public à ce qui restait encore fort invisible. »

Lire la suite.


lettre-iec

                 www.institutemilieduchatelet.org

Vendredi 16 décembre
SÉMINAIRE Sexe et genre
La Révolution française a creusé le fossé entre les sexes 
Éliane Viennot,
Pofesseure de littérature de la Renaissance (Université Jean Monet, Saint-Étienne)
et membre de l’Institut universitaire de France

sexe-et-genreNous sommes tous et toutes intimement persuadé·es que le temps de la liberté et de l’égalité, en France, a débuté en 1789. Certes, il a fallu du temps pour que les principes rejoignent la réalité, et certes, il en a fallu davantage pour les femmes que pour les hommes, mais le progrès était en marche, et il a fini par délivrer ses promesses. Cette doxa, inlassablement répétée par l’école, les médias, les politiques…, cache une réalité tout autre: il n’a fallu que quatre ans pour faire de tous les hommes des égaux devant la citoyenneté, et seulement quelques mois pour en exclure toutes les femmes. Aboutissement de la vision du monde des Lumières (aux hommes les affaires de la cité, aux femmes celles du foyer et «l’empire de l’amour»), cette partition ne s’est pourtant pas faite toute seule, tant les femmes ont fait la démonstration de l’égalité des sexes durant cette période, tant elles l’ont réclamée, tant elles ont réussi à convaincre, autour d’elles, que la chose était possible. Mais les «élus» savaient ce qu’ils voulaient et, tous bords confondus, ils ont fait reculer les droits des femmes et mis sur pied un ordre masculin qu’ils n’ont cessé de renforcer une fois la Révolution terminée. La présentation mettra en lumière cet affrontement entre une société prête à aller de l’avant, et une classe politique bien décidée à retarder le plus possible l’avènement de l’égalité des sexes. 

14h-16h30, Muséum national d’Histoire naturelle, Grand amphithéâtre d’entomologie (43 rue Buffon, Paris 5e).

EN SAVOIR PLUS